Soufre et huile de Haarlem

Lien pour se procurer la véritable huile de Haarlem Code promo : CDE1 Le soufre est très répandu dans la nature mais il n’est pas assimilable par (...)

En savoir

Vitamine C

La Vitamine C ou acide L-ascorbique, est classée substance non toxique par la FDA aux Etats-Unis. Dans l’organisme, elle se trouve principalement (...)

En savoir

Magnésium

Magnésium et Magnésie San pellegrino

En savoir

Informez-vous

Vitamine B17 ou amygdaline

L’amygdaline est une substance qui a été découverte dans les amandes amères en 1830 par deux scientifiques français :

  • Pierre-Jean Robiquet
  • Antoine-François Charlard.

La vitamine B17 (bien que ce ne soit pas vraiment une vitamine) de son vrai nom, l’amygdaline, est un composé chimique présent dans certains aliments, notamment les noyaux d’abricots, ainsi que les pépins de pommes mais aussi dans le sarrasin et le millet.

Il ne faut pas confondre la vitamine B17 avec le "laetrile" qui est une variété synthétique de l’amygdaline.

CANCERS
Les Hunzakuts du nord du Pakistan vivaient souvent jusqu’à plus de 100 ans et en 1922, le chirurgien britannique Robert McCarrison a rapporté qu’il n’avait jamais vu de cas de cancer chez les Hunza.
Il avait remarqué qu’ils mangeaient de grandes quantités de noyaux d’abricot

Dans les années 1950, le Dr. Ernst T. Krebs, Sr. et son fils émirent l’hypothèse que le cancer est causé par l’absence d’un composé alimentaire essentiel, issu de la famille des nitrilosides.
Ils comprennent que les Hunzakuts mangent les amandes des noyaux d’abricots, qui sont riches en nitrilosides. 

Les noyaux d’abricots sont une des plus importantes sources de vitamine B17. Les Hunzakuts consomment entre 100 et 200 fois plus de B17 que l’Américain moyen. 

L’Industrie du Cancer a monté des campagnes frauduleuses, basées sur le fait que la vitamine B17 contient des quantités « meurtrières » de cyanure d’hydrogène.
Bizarre ! comment les Hunzahuts ont survécus et avec une telle longévité !
Pour que le cyanure devienne dangereux, cela ne peut se produire que par une enzyme, la bêta-glucosidase, qui n’est présente qu’en quantités infimes dans le corps humain, mais en grande quantité dans les cellules cancéreuses.
Ainsi, le cyanure n’agit que sur les cellules cancéreuses.

Une autre enzyme, la rhodanese, présente en quantités importantes dans les tissus sains, a la capacité de dégrader entièrement le cyanure.
De plus, les cellules cancéreuses ne contiennent pas de rhodanese donc les cellules cancéreuses sont spécifiquement ciblées et détruites.
Le rhodanèse dans les cellules normales neutralise les molécules de cyanure libres et les rend inoffensives en les combinant avec du soufre

--------------------

Professeur André PICOT

Le Pr Picot montre bien que pour éliminer correctement le cyanure, l’organisme a besoin d’un dosage correct en soufre et en vitamine B12.

1/ Soufre
L’organisme prend un produit soufré, oxydé, qui en présence de la rhodanèse neutralise le cyanure. 
Donc, selon les réserves en soufre de l’organisme, soufre apporté par les protéines, et l’activité de la rhodanèse, l’organisme va pouvoir lutter contre des quantités plus ou moins importantes en cyanure. 

Lien : article sur le soufre

2/ Vitamine B12
Le deuxième type de défense de l’organisme contre le cyanure c’est la vitamine B12.

-------------------

Un autre mécanisme anticancéreux implique le métabolisme du glutathion (GSH). 

Outre l’apoptose directe dans les cellules cancéreuses, la libération de cyanure et de benzaldéhyde dans les tumeurs épuise leur glutathion. 
Cependant, des taux élevés de glutathion sont observés dans divers types de tumeurs, ce qui peut rendre certaines tumeurs plus résistantes à la chimiothérapie cytotoxique.
La baisse de glutathion dans les cellules tumorales causée par la libération du cyanure et du benzaldéhyde a un effet anticancéreux.

Entre 1972 et 1973, le Dr Kanematsu Sugiura a effectué des expériences pour déterminer les effets d’extraits injectables d’amygdaline sur des souris atteintes de tumeurs mammaires.
Le Dr Sugiura a révélé ses découvertes à l’Institut Sloan-Kettering, mais ses études n’ont jamais été publiées.
Il a même été renvoyé de cet institut !!!
Un livre a été écrit sur la recherche du Dr Sugiura à Sloan-Kettering intitulé "The Anatomy of A Cover-up".
Ce livre contient les résultats statistiques des travaux de recherche du Dr Sugiura utilisant différentes injections intrapéritonéales d’amygdaline sur des souris cancéreuses.
Ces résultats montrent les bienfaits de l’amygdaline. 

Les études cliniques dirigées par le Dr. Ernesto Contreras à "l’Oasis of Hope Hospital" au Mexique, montrent que le traitement avec la thérapie B17 ne présente aucun danger pour les cellules normales. 

Pour les patients cancéreux, le Dr Tony Jimenez (directeur médical des centres de traitement Hope4Cancer® au Mexique (Tijuana et Cancun) recommande entre 20 et 40 noyaux par jour , selon les antécédents du patient, l’endroit où le cancer se situe ainsi que son évolution. 
A titre préventif, pour tout le monde ou pour les patients en rémission, il recommande 15 amandes par jour.

Des études récentes utilisant des cultures cellulaires ont abouti à des résultats prometteurs en inhibant divers types de cancers dans les lignées cellulaires du :

  • sein
  • poumon
  • vessie
  • côlon
  • prostate
  • foie
  • reins
  • col de l’utérus. 
  1. Liczbiński P, Bukowska B. Mécanisme moléculaire de l’action de l’amygdaline in vitro : revue des dernières recherches. Immunopharmacol Immunotoxicol. 28 février 2018 : 1-7.
  2. Chang HK, Shin MS, Yang HY et al. L’amygdaline induit l’apoptose par la régulation des expressions Bax et Bcl-2 dans les cellules cancéreuses de la prostate humaine DU145 et LNCaP. Biol Pharm Bull. 2006 août ; 29 (8) : 1597-602.
  3. Makarević J, Rutz J, Juengel E et coll. L’amygdaline influence l’adhésion et l’invasion des cellules cancéreuses de la vessie in vitro. PLoS One. 15 octobre 2014 ; 9 (10) : e110244.

En 1981, le NCI (National Cancer Institute) a parrainé des essais cliniques de phase I et II sur l’amygdaline, qui ont été menés à la Mayo Clinic.
Aucun bénéfice substantiel n’a été observé en termes de guérison, d’amélioration ou de stabilisation du cancer.

Mais plusieurs médecins et scientifiques ont contesté la validité de cet essai.

Dans une lettre à l’éditeur du New England Journal of Medicine, le journaliste Michael L. Culbert, D.Sc., membre fondateur du "Laetrile Advocacy Group Committee for Freedom of Choice in Cancer Therapy, Inc.", a affirmé que l’essai n’avait pas utilisé de l’amygdaline pure.

Il a révélé que l’amygdaline utilisée dans l’essai clinique était une forme dégradée ou décomposée ou un « mélange racémique RS-épimère ». 

Le Dr Krebs Jr. est fortement opposé à cette forme artificielle et il a soutenu que ce mélange est loin d’avoir l’efficacité de la forme pure. 

Action antimétastatique
Les chercheurs ont montré in vitro que l’amygdaline régulait l’expression des facteurs qui promeuvent les métastases. Ces observations ont été faites sur des cellules cancéreuses du :

  • poumon
  • vessie
  • rein.

HYPERTENSION
Dans l’hypertension, certains composés actifs de la vitamine B17 (amygdaline) augmentent la production de thiocyanate, un composé bien connu qui peut faire baisser la pression artérielle. 
Pour les personnes souffrant d’hypertension, cela permet aussi de réduire le risque de :

  • athérosclérose
  • crise cardiaque
  • accident vasculaire cérébral
  • maladies coronariennes.

PROPRIETES ANTIOXYDANTES
Des vitamines telles que A, C et E sont déjà connues pour leurs propriétés antioxydantes. 
Entre autres propriétés étonnantes, ces vitamines aident à limiter ou ralentir le processus par lequel les cellules de notre corps subissent des dommages.

Cependant, de plus en plus de recherches montrent maintenant que ces vitamines peuvent interagir avec la vitamine B17, et travailler avec les enzymes pancréatiques pour aider à détoxifier notre corps.

PROPRIETES ANTI-AGE DE LA PEAU 
En plus de ses propriétés stimulantes immunitaires et anti-inflammatoires, la vitamine B17 est utilisée comme remède anti-âge.
Ses propriétés aident à éliminer les radicaux libres qui causent le vieillissement de la peau.
La consommation de B17 aide donc à favoriser la régénération cellulaire de la peau.

SYSTEME IMMUNITAIRE
Une étude a révélé que la vitamine B17 stimulait le système immunitaire en augmentant la capacité des globules blancs.
Il a également été postulé que la vitamine B17 peut aider à augmenter la production d’enzymes pancréatiques qui empêchent le transfert de cellules normales en cellules dangereuses.

ANALGESIQUE
Selon un rapport publié dans le Journal "of Cancer Researchand Therapeutics" (août 2014), l’amygdaline est un médicament antitumoral prometteur. 
Cette amygdaline a été utilisée en médecine traditionnelle pour apaiser la douleur et est également connue pour réduire la douleur ressentie pendant le traitement du cancer et de la chimiothérapie.

ENDOMETRIOSE
L’endométriose est un trouble douloureux et souvent agressif qui se développe lorsque la muqueuse de l’utérus se développe à l’extérieur de l’utérus.
L’endométriose provoque souvent l’infertilité chez les femmes et présente un risque potentiel de récidives après la période de récupération.
Dans un effort pour trouver un traitement efficace pour cette maladie grave, les chercheurs ont examiné les effets de l’amygdaline sur le développement de l’endométriose et la récidive chez le rat.
Les résultats de l’étude, publiés dans la revue "Periodicum Biologorum" en 2017, ont révélé qu’après trois semaines, le groupe de rats traités à l’amygdaline avait un volume de cellules endométriosiques significativement plus faible que le groupe témoin.

FIBROSES
Dans une étude menée sur des rats, l’amygdaline a efficacement limité le développement de la fibrose rénale.
Elle a même amélioré la récupération du fonctionnement du rein.
Sur des cellules de rats, elle a empêché le collagène de former trop de fibres dans le foie. 
Dans le cas de la pancréatite, la fibrose de l’organe a été atténuée chez des rats. De même, la microcirculation s’est vue améliorée dans les vaisseaux environnants.

MALADIES NEURODEGENERATIVES 
L’amygdaline serait un stimulant dans le processus de formation des neurones, qui font défaut notamment dans la maladie d’Alzheimer. 
L’amygdaline a été identifiée comme un élément potentiellement neurotrophique, facteur permettant de réparer les cellules nerveuses. 
L’amygdaline est donc prometteuse dans le traitement des maladies neurodégénératives comme les maladies d’Alzheimer et de Parkinson.

Les avantages potentiels de la vitamine B17, lorsqu’elle est prise avec modération, comprennent :

  • Hypertension
  • Asthme
  • Gastrite chronique
  • Ulcères gastriques
  • Analgésiques
  • Anti-inflammatoires
  • Cancers
  • Immunité
  • Diabète
  • Athérosclérose
  • Lèpre
  • Psoriasis
  • Maladies rénales chroniques
  • Soutient la santé du foie

Effets secondaires de la vitamine B17 si les doses sont trop fortes :

  •  Faiblesse
  •  Confusion
  •  Troubles du sommeil
  •  Maux de tête
  •  Essoufflement
  •  Vertiges
  •  Douleur abdominale
  •  Nausée et vomissements

Il est nécessaire de commencer par de petites quantitées d’amandes d’abricots et d’augmenter progressivement jusqu’a l’obtension de la posologie choisie par votre thérapeute.

A consommer au milieu des 3 repas en parts équitables

--------------------

POUR ACHETER DES AMANDES D’ABRICOTS

Lien pour 1 kg

Lien pour 5 kg